jeudi 23 juin 2011

Not so friendly Princess Lalla Salma of Morocco

Europa Newswire , Photos by Luiz Rampelotto
Princess Lalla Salma, Chairwoman of the Lalla Salma Association for the Fight against Cancer and Goodwill Ambassador for WHO (World Health Organization) was at the United Nations representing the Kingdom of Morocco during the HIV/AIDS meetings, where her private security guards (Using United Nations delegates badges) passed the press line to try to stop UN Accredit photographers from taking her pictures.

mardi 21 juin 2011

Le style Lalla Salma

Icône de mode, coqueluche des médias people internationaux et star plébiscitée par les groupes de fans sur Facebook, Lalla Salma vient d’être désignée parmi les 50 personnalités les plus influentes du monde arabe. Une consécration de plus pour celle qui mène un combat acharné contre le cancer et le tabac. De Salma Bennani à la Princesse Lalla Salma, retour sur le parcours emblématique d’une reine des cœurs.
UNE princesse engagée
Epouse de Mohammed VI, mère de deux enfants, la princesse Lalla Salma porte à bras le corps le combat contre le cancer au sein de l’Association qu’elle préside. Entre confidences, témoignages et souvenirs, Le Temps reconstitue les principales étapes du parcours de la First Lady du royaume.
Dans son numéro de mai, le mensuel londonien The Middle East consacrait sa couverture aux résultats d'un sondage effectué dans les 5 continents, recensant les “50 personnalités les plus influentes du monde arabe”. Dans ce classement, figure en bonne place la princesse Lalla Salma. Les deux autres Marocains cités dans cette short-list, viennent du monde des affaires (Othman Benjelloun et Miloud Chaabi). La présence dans ce trombinoscope du gotha arabe de Lalla Salma suffit pour illustrer la place qu'a conquise la jeune épouse de Mohammed VI, non seulement au Maroc, mais aussi au-delà des frontières.
Princesse “active”
Flash-back. Nous sommes le 21 mars 2002. La Maison du protocole annonce le mariage du roi du Maroc. L'union royale a tout du conte de fées, puisque le monarque a choisi son épouse parmi le “peuple” : Salma Bennani est une jeune fille issue de la classe moyenne rbatie, bien loin des dorures du Palais. Elle est aussi une femme éduquée et active : lauréate de l'Ecole nationale supérieure d'informatique et d'analyse des systèmes (Ensias), elle a acquis ses premières armes professionnelles au sein de l’ONA.
La révolution ne s'arrête pas là : pour la première fois de l’histoire du royaume, les Marocains ont le loisir de découvrir officiellement le visage de l’épouse du roi, dont les photographies ornent les manchettes des journaux. Officiellement. Car le buzz sur Internet avait déjà devancé les médias officiels : deux photos de classe de Salma Bennani circulaient sur la toile, bien avant l’annonce du Palais. Le Makhzen, habituellement si pointilleux quand il s'agit de l'intimité royale, ne tique pas : comment reprocher aux sujets de Sa Majesté de vouloir tout savoir de leur future princesse ? Cela reviendrait surtout à contrarier les volontés de Mohammed VI qui, en décidant de montrer sa femme, donnait l'image de la monarchie marocaine un sacré coup de jeune, unanimement interprété comme un virage vers la modernité.
Au Maroc, les féministes exultent : le roi en personne lance le signal de l’émancipation féminine, comme l’avait fait son grand-père, un demi-siècle auparavant, en se tenant devant le peuple aux côtés de sa fille Lalla Aïcha, tête nue. Il ira encore plus loin deux ans plus tard, en décidant de la réforme de la Moudawana. Dans les coulisses, Salma Bennani entame sa transformation en Lalla Salma. Elle part en Angleterre suivre des “stages d’étiquette”, une formation au protocole inhérente à son rang de première dame. Un rang, et un rôle, qu'elle s'appliquera progressivement à occuper dans les grandes largeurs. Bientôt, on la voit aux côtés du roi accueillir les chefs d’Etat étrangers en visite dans le royaume, l'accompagner dans ses déplacements officiels, puis remplir, toute seule, des missions diplomatiques ici et là. Sa photo fait la une des journaux, ses activités ouvrent le JT et sa vie privée, ses faits et gestes meublent les discussions dans les salons de la capitale. En un mot comme en mille, Lalla Salma est devenue une personnalité publique, qui ne veut guère se cantonner à un rôle d’apparat, ni à celui de la mère du prince héritier, après la naissance, le 8 mai 2003, de Moulay El Hassan. Non, notre First Lady à nous veut aussi exister par elle-même, et agir. Elle aura toute la latitude de le faire en fondant, en novembre 2005, l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer, association dont elle prend la présidence effective, et pas seulement honorifique. Et, comme elle le montrera par la suite, la différence est de taille.

mardi 7 juin 2011

Réunion de haut niveau sur le Sida au siège des Nations Unies à New York

Le Royaume du Maroc est représenté à cette réunion de haut niveau par SAR la Princesse Lalla Salma. Trente ans après l'apparition de l'épidémie du sida et 10 ans depuis la session historique de l'Assemblée générale consacrée au VIH/SIDA, le monde se réunit pour examiner les progrès accomplis et définir les futures orientations de la riposte mondiale au SIDA. Parallèlement à ce sommet de trois jours, se tiendra la réunion des Premières Dames autour du thème : "Eliminer les nouvelles infections au VIH chez les nourrissons d'ici à 2015".

Blog Royal

Noblesse et Royautés